Justice Centre c. Université de Waterloo

Le Justice Center a publiquement mis au défi le président de l'Université de Waterloo, le Dr Feridun Hamdullahpur, de respecter la liberté d'expression sur le campus lorsqu'un conférencier invité (le député Stephen Woodworth) a vu son discours de mars 2013 interrompu par des «manifestants» perturbateurs. pendant que la sécurité du campus se tenait là et surveillait. C'était la deuxième fois en trois ans que l'Université de Waterloo ne respectait pas les droits d'expression d'un conférencier invité, l'autre étant la chroniqueuse et auteure Christie Blatchford en 2010.

Il est apparu que le Dr Hamdullahpur n'avait rien appris de l'incident de 2010, lorsque la présentation de Mme Blatchford a été interrompue par la perturbation physique et l'obstruction de «manifestants» bruyants et agressifs, tandis que la sécurité du campus était là et surveillait. Le Centre de justice a envoyé un lettre au Dr Hamdullahpur le 13 mars, l'exhortant à respecter les droits à la liberté d'expression sur le campus pour cet orateur et à s'excuser pour l'échec de la sécurité du campus à défendre ses droits. Le 15 mars 2013, l'Université a publié une déclaration regrettant l'incident et s'engageant à travailler avec des étudiants désireux de réinviter Woodworth.

Stephen Woodworth est retourné au campus de Waterloo le 14 novembre 2013 et sa conférence a pu se dérouler sans interruption, en partie grâce à la présence importante de la sécurité du campus et à l'exigence que les participants à l'événement soient présélectionnés pour l'entrée.

Cette affaire a été résolue sans qu'une action en justice ne devienne nécessaire.