FAQ sur le vaccin Covid obligatoire

Le Justice Center comprend que certains Canadiens décideront que le vaccin Covid ne leur convient pas. Téléchargez et imprimez un brochure vous pouvez partager avec d'autres sur les vaccins et vos droits légaux.

Au Canada, les gens ont le droit de décider quel traitement médical ils reçoivent ou ne reçoivent pas. Les injections Covid sont nouvelles et les essais cliniques ne seront pas terminés avant 2023. En tant que tels, les injections Covid sont expérimentales. Chacun des clichés contient également des avertissements de Santé Canada, y compris des avertissements concernant la péricardite, la myocardite et la thrombose. Il est impensable que la Colombie-Britannique exige ces injections expérimentales comme condition de pleine participation à la société, pourtant c'est ce que fait le gouvernement de la Colombie-Britannique. Le Centre de justice s'oppose à cette profonde violation des droits constitutionnels des peuples. De plus, les vaccinés et les non vaccinés propagent le Covid-19 dans la même mesure, car les membres des deux groupes portent les mêmes charges virales élevées lorsqu'ils sont infectés, selon les données du Center for Disease Control (CDC).

En Islande, où environ 75 % de la population a été entièrement vaccinée et plus de 90 % des personnes de plus de 16 ans ont reçu au moins une injection, l'épidémiologiste en chef de ce pays a récemment déclaré que l'immunité collective contre la vaccination n'a pas été et ne peut pas être obtenue, car la variante Delta peut être facilement contractée même par ceux qui sont vaccinés, et les vaccinés transmettent la variante Delta à d'autres. De même, lors d'une épidémie de juillet 2021 à Cape Cod MA, 74% des personnes infectées ont été entièrement vaccinées. Sur cinq hospitalisations, quatre étaient complètement vaccinées. Les personnes complètement vaccinées qui sont infectées portent autant de virus dans leur nez que les personnes non vaccinées.

Si ces mandats ne sont pas contestés pour violation de nos Notre Charte droits et libertés, ou si les tribunaux se rangent du côté du gouvernement, cela ouvrira la porte à un contrôle encore plus grand du gouvernement sur les droits et libertés des Canadiens et sur notre corps.

Nous n'avons connaissance d'aucune circonstance antérieure où une société pharmaceutique a précipité un produit sur le marché et n'a aucune responsabilité en cas de décès ou de blessure, où aucune étude à long terme n'a été menée, où les gouvernements ont incité, contraint et menacé des personnes à l'obtenir, et où les Canadiens risquent de perdre leur emploi et leurs libertés civiles s'ils refusent de les prendre. C'est sans précédent.

Les politiques de vaccination obligatoire en Colombie-Britannique et au Québec sont très similaires, transformant les non vaccinés en citoyens de seconde classe qui peuvent ne pas assister à de grands événements, restaurants et théâtres. Le Manitoba vient d'annoncer qu'il mettra en place un système complet de passeport vaccinal pour discriminer les personnes non vaccinées, mais tous les détails n'ont pas encore été annoncés.

Le Justice Center considère ces lois comme inconstitutionnelles, point final. La recherche d'exemptions à la loi implique que la loi sous-jacente est valide, et notre position est qu'elle ne l'est pas. Les Canadiens ont des protections constitutionnalisées pour la conscience, la religion et la sécurité de la personne, y compris l'autonomie corporelle. Les politiques de vaccination obligatoire et la discrimination légale contre la minorité non vaccinée sont une violation flagrante de Notre Charte droits et libertés.

Bien que le Justice Center ne soit pas en mesure de poursuivre les employeurs privés qui mettent fin à un emploi de manière injustifiée en raison de leur statut vaccinal, nous avons l'intention de contester les politiques gouvernementales devant les tribunaux. Nous cherchons à protéger les droits des Canadiens au consentement éclairé et la liberté de décider quelles interventions médicales, médicaments et/ou vaccins ils jugent les meilleurs pour eux en tant qu'individus.

Téléchargez un PDF de la FAQ sur le vaccin Covid obligatoire

FAQ

Conseils spécifiques aux étudiants collégiaux et universitaires :

Les élèves peuvent télécharger un modèle de lettre de vaccin envoyer à leur université.
Les étudiants concluent des contrats avec des fournisseurs d'enseignement postsecondaire pour un service précis, à savoir la prestation d'une éducation. La modification unilatérale de cet accord par les universités pour contraindre les étudiants à recevoir un vaccin expérimental contre le Covid sous peine d'expulsion est vraisemblablement une rupture de contrat, ainsi qu'une ingérence dans le principe du consentement éclairé, qui par définition requiert une absence de coercition. Prendre les frais de scolarité des étudiants et tenter ensuite de modifier les termes de l'accord en utilisant le pouvoir de négociation supérieur des universités semble au mieux exploiter, et au pire semble trompeur et manipulateur.

De nombreux étudiants ont des questions concernant ces nouveaux vaccins, d'autant plus que de nouvelles preuves montrent que la variante Delta se propage pratiquement sans entrave parmi les personnes entièrement vaccinées, comme en témoignent des incidents tels que celui de l'Université Duke en Caroline du Nord. L'Université Duke exige des vaccins Covid pour le personnel et réinstitue les règles sur les masques après l'épidémie.

Les recours des étudiants comprennent des poursuites pour rupture de contrat, une demande d'exemption, le dépôt d'une plainte en matière de droits de la personne, une demande de contrôle judiciaire et, dans certains cas, le dépôt éventuel d'une Notre Charte .

Notre équipe juridique est en train d'apporter une Notre Charte demande contre Seneca College en Ontario pour rendre obligatoires les vaccinations. En cas de succès, cette affaire pourrait également servir de précédent pour modifier les politiques d'autres collèges et universités. En attendant, nous suggérons aux étudiants et au personnel d'explorer si des exemptions en vertu de la législation sur les droits de l'homme sont applicables (comme une condition médicale ou une croyance religieuse empêchant la vaccination), ou si des tests rapides non invasifs au lieu de la vaccination sont disponibles. Dans certains cas, les étudiants non vaccinés peuvent être accueillis par l'apprentissage à distance ou en ligne.

Les étudiants et le personnel doivent exprimer leurs préoccupations par écrit à leurs syndicats ainsi qu'à l'administration et aux conseils de leur collège ou université. Nous vous encourageons à vous joindre à d'autres étudiants pour faire entendre votre voix.


Mon employeur me dit de me faire vacciner ou de perdre mon emploi ; que fais-je?

Si vous prenez le vaccin, vous n'aurez aucune action en justice contre votre employeur et il est peu probable que vous puissiez poursuivre votre employeur pour tout dommage causé par le vaccin. Afin d'avoir une cause d'action (action en justice) contre votre employeur, vous devez refuser le vaccin et accepter les conséquences, y compris la cessation d'emploi. Vous devrez engager un avocat pour poursuivre votre employeur pour congédiement injustifié, si votre employeur met fin à votre emploi pour ne pas avoir pris le vaccin.

Avant de faire quoi que ce soit d'autre, utilisez ceci modèle préparé par l'équipe juridique du Justice Center, qui peut être modifié en fonction de votre situation en réponse à un employeur ou un établissement d'enseignement exigeant un vaccin obligatoire. Vous pouvez l'envoyer dès maintenant à votre employeur, sans avoir à faire appel à un avocat. Conservez la ou les réponses de votre employeur et remettez-les à l'avocat que vous retenez.


Pourquoi le Justice Center est-il contre les vaccins obligatoires et les passeports vaccinaux ?

Les implications complètes des mandats de vaccination généralisés mis en place par le gouvernement fédéral ne sont pas encore connues, mais une chose est certaine : ils diviseront la société. Les personnes qui ne peuvent pas ou choisissent de ne pas être vaccinées contre le Covid-19 - comme c'est leur droit fondamental - seront exclues et privées d'une existence normale. Ils seront vilipendés dans les médias et par le gouvernement, ostracisés par la société et finalement persécutés. Ceux qui les défendent seront censurés, réduits au silence et punis.

Les Charte canadienne des droits et libertés vise à assurer une « société libre et démocratique ». Cela comprend le droit de choisir de recevoir ou de ne pas recevoir un nouveau vaccin, le droit de voyager entre les provinces et à l'étranger, et le droit des citoyens de critiquer et d'exprimer leurs préoccupations au sujet des mesures coercitives du gouvernement.

Le Centre de justice surveille et examine attentivement ces développements et continuera de défendre les libertés des Canadiens par le biais de litiges.


Que doivent faire les employés fédéraux concernant les exigences de vaccination obligatoires ?

Les employés fédéraux syndiqués opposés aux vaccinations obligatoires devraient contacter leur syndicat pour faire entendre leur voix. Ils doivent exprimer leurs préoccupations par écrit aux représentants de leur gouvernement, aux ministres provinciaux et fédéraux de la Santé, au premier ministre, aux députés, aux députés et au premier ministre. Qu'ils soient syndiqués ou non, les employés fédéraux devraient se regrouper avec d'autres employés en tant que groupe pour se lever et défendre leur intégrité physique et leur droit de donner leur consentement éclairé sur tout vaccin. Le nombre fait la force, car les employés agissent comme un groupe unifié.

Certains employés peuvent être en mesure de demander une exemption d'une obligation de vaccination en vertu du code fédéral des droits de la personne, sur la base d'une condition médicale ou d'une croyance religieuse empêchant la vaccination. Les options potentielles pour les employés non vaccinés pourraient être l'utilisation d'EPI ou des tests rapides. Les employés non vaccinés peuvent également pouvoir compter sur leur immunité naturelle contre une précédente infection à Covid, qui pourrait être prouvée par un test d'anticorps.

Ce genre de situations est très compliqué, car de nombreux employés fédéraux sont représentés par des syndicats.
Il est peu probable que le Centre de justice aide un employé du gouvernement qui appartient à un syndicat, car cela limite notre capacité à le représenter directement devant un tribunal. Par conséquent, il sera très important que vous travailliez par l'intermédiaire de votre syndicat pour tenter d'empêcher que de nouveaux mandats de vaccination ne vous soient imposés, à vous et à vos collègues. À défaut, le syndicat a le devoir de vous représenter équitablement dans le cadre du deuil de toute action défavorable prise contre vous en tant qu'employé.

Les syndicats peuvent avoir beaucoup de pouvoir et d'influence. Un syndicat d'infirmières a fait cesser le port du masque obligatoire en 2019 : https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/b-c-nurses-no-longer-required-to-get-flu-vaccine-or-wear-mask-1.5384902

Les employés syndiqués doivent amener leur syndicat à se battre pour eux. Si vous êtes un employé non syndiqué, nous pourrons peut-être vous aider si nous en avons la capacité.


Mon syndicat demande la vaccination obligatoire pour faire mon travail ou j'aurai certaines limitations et conséquences. Je me demande quels sont mes droits et/ou si je peux intenter une action en justice contre eux.

Nous encourageons tous les employés syndiqués à exhorter leur syndicat à défendre les droits des travailleurs et leur liberté de faire des choix médicaux individuels sans coercition ni discrimination de la part de leur employeur.

Si des mesures défavorables sont prises contre un employé syndiqué, le syndicat a le devoir de fournir une représentation équitable à cet employé. Si un syndicat n'assure pas une représentation équitable, une plainte peut être déposée auprès de la commission des relations de travail contre le syndicat. Si vous avez un syndicat, il est peu probable que le Centre de justice puisse agir pour vous.

Les droits dont vous disposez dépendront en partie du fait que votre employeur est une entité gouvernementale ou non. Seuls les employeurs gouvernementaux sont tenus de respecter les Notre Charte droits. Tous les employeurs sont toutefois tenus de respecter les droits des employés en vertu de la législation sur les droits de la personne. Des protections supplémentaires peuvent également être présentes en vertu du droit du travail et du droit de la vie privée.

Les droits d'un employé individuel dans une situation d'emploi particulière seront nécessairement affectés par les faits et circonstances particuliers de cet emploi. De plus, étant donné les nouvelles exigences imposées par les employeurs, bon nombre de ces circonstances nécessiteront probablement une décision judiciaire avant que la nature de la protection offerte par les droits individuels puisse être déterminée avec beaucoup de certitude. En d'autres termes, en dernier ressort, la décision peut être rendue par un tribunal.


Mon travail m'oblige à voyager dans différentes régions du Canada. J'ai eu Covid et je crois que j'ai une immunité naturelle. Est-il légal pour le gouvernement fédéral d'interdire les voyageurs aériens intérieurs qui ne sont pas vaccinés ?

Les Canadiens ont le droit de voyager à l'intérieur du Canada en vertu de l'article 6 de la Notre Charte. Toute restriction imposée par le gouvernement qui viole ce droit doit être justifiée par des preuves pour être constitutionnelle.

Le Justice Center considère l'exigence de vaccination obligatoire pour les voyages interprovinciaux comme une violation injustifiée des droits des Canadiens Notre Charte droits.

En particulier, en ce qui concerne les personnes qui ont une immunité naturelle contre une infection Covid antérieure, il existe des preuves scientifiques significatives indiquant que ces personnes peuvent en fait être plus protégées contre Covid que celles qui ont été vaccinées. Dans ces circonstances, on voit mal comment obliger ces personnes à se faire vacciner contre le Covid pour voyager pourrait être justifiée et jugée constitutionnelle.


Le gouvernement de l'Ontario a déclaré la vaccination obligatoire pour tous les travailleurs de la santé. La décision antérieure contre les vaccins/masquages ​​obligatoires pour les infirmières a-t-elle une incidence sur cette affaire ?

Les décisions antérieures des arbitres du travail de l'Ontario en 2015 et 2018 concluant que la politique «vaccin ou masque» en ce qui concerne le vaccin contre la grippe est un précédent pertinent et potentiellement utile.

L'attention particulière portée par les arbitres du travail aux preuves médicales et scientifiques fournies pour conclure que les politiques sur les vaccins ou les masques sont injustifiables pourrait être utilisée pour exhorter les autres décideurs à examiner attentivement les preuves médicales et scientifiques sur les mandats des vaccins.

Pour éventuellement répéter ces succès pour les droits des travailleurs, les syndicats devraient être motivés pour engager le processus d'arbitrage contre les mandats de vaccination contre Covid. En outre, les syndicats devraient rassembler avec succès les preuves pertinentes concernant la vaccination contre le Covid et les préoccupations concernant l'efficacité du vaccin, la transmission, la propagation asymptomatique, etc.

L'issue d'une telle procédure concernant les vaccins Covid obligatoires pour les travailleurs de la santé serait influencée, mais non déterminée, par les décisions antérieures des arbitres.


Mon employeur insiste pour que je divulgue mon statut vaccinal. Dois-je?

La loi canadienne considère généralement les renseignements médicaux personnels des individus comme privés et confidentiels. Les employeurs, cependant, peuvent demander des informations médicales qui sont nécessaires à des fins d'emploi légitimes. Des informations générales utiles peuvent être trouvées dans un article intitulé « Confidentialité et informations médicales sur le lieu de travail ».

La question de savoir si une demande aux employés de divulguer leur statut vaccinal est justifiée dans un contexte d'emploi particulier dépendra des circonstances et si la demande est jugée nécessaire à des fins d'emploi légitimes. Par exemple, demander le statut vaccinal d'un employé qui travaille exclusivement à domicile ne pourrait probablement pas être justifié comme requis à des fins d'emploi légitimes.

Le mandat du Centre de justice se limite à agir contre les employeurs gouvernementaux qui sont tenus de respecter les Notre Charte droits des salariés. Nous ne pouvons pas aider les employés des entreprises privées.

Pour obtenir des conseils juridiques sur votre situation particulière, veuillez contacter un avocat spécialisé en droit du travail.


Mon employeur insiste sur le fait que si je ne divulgue pas mon statut vaccinal, je suis soumis à des tests obligatoires pour une durée indéterminée. Est-ce légal ? Que faire si je ne suis pas d'accord avec le test qui est invasif ?

En règle générale, les individus ont le droit de décider s'ils souhaitent subir des tests, des soins médicaux ou des procédures de santé. La justification des tests obligatoires sur un lieu de travail dépendra de la question de savoir si l'exigence est jugée raisonnable dans les circonstances spécifiques du lieu de travail et de l'emploi.

Pour obtenir des conseils juridiques sur votre situation particulière, veuillez contacter un avocat spécialisé en droit du travail.


Dois-je assister aux séances «d'éducation» sur les vaccins si je choisis de ne pas être vacciné?

C'est sans doute une violation de la liberté des individus et de leur droit de choisir ce qu'ils veulent écouter (protégés par leur liberté d'expression) pour le gouvernement d'exiger que les personnes qui ont choisi de ne pas être vaccinées assistent à des séances «d'éducation» sur les vaccins.

La question de savoir si un tribunal jugerait justifiée l'obligation d'assister à des séances de « formation » n'est pas claire et nécessitera probablement une contestation judiciaire pour le déterminer.


Avez-vous un modèle que je peux utiliser pour l'exemption religieuse ? Ai-je besoin d'une lettre d'un membre du clergé?

Les objections religieuses des individus à des vaccins spécifiques varieront considérablement. Le Justice Center n'a pas de modèle standard pour traiter ces croyances individuelles. Le droit canadien accorde une protection aux croyances religieuses personnelles sincères d'une personne, que ces croyances soient ou non adhérées par d'autres ou même par la communauté confessionnelle à laquelle la personne appartient.

Afin d'établir l'existence d'une objection religieuse, il sera nécessaire que l'individu ait des croyances religieuses spécifiques qui seraient violées de manière non triviale en recevant un vaccin particulier. Ces croyances doivent être sincères, et le modèle de conduite d'un individu compatible avec ces croyances aidera à prouver qu'elles sont sincères.

Une fois qu'une objection religieuse à la prise d'un vaccin est établie, un employeur a le devoir d'accommoder cette croyance religieuse jusqu'au point de préjudice injustifié. La mesure dans laquelle un employeur doit tenir compte de l'objection religieuse d'un employé à se faire vacciner dépendra des circonstances particulières de l'emploi.


Si mon employeur refuse ma demande d'exonération, que puis-je faire ?

Les employeurs qui ne tiennent pas compte des conditions médicales établies (incapacités) ou des croyances religieuses des employés au point d'imposer une contrainte excessive peuvent faire l'objet de poursuites devant un tribunal des droits de la personne ou une commission des relations de travail (dans les contextes syndiqués). De telles réclamations pourraient également être utilisées dans une éventuelle action en justice pour licenciement injustifié contre l'employeur.

Il est recommandé que les employés reçoivent des conseils juridiques sur leur situation particulière afin de déterminer s'ils ont des motifs juridiques valables pour déposer des réclamations contre leurs employeurs.

J'ai été informé par mon employeur que je dois être vacciné pour retourner au travail/continuer à travailler ; que devrais-je faire?

Les employés qui sont informés par leur employeur qu'ils doivent se faire vacciner peuvent se demander si ce qui suit peut être utile ou applicable dans leur situation :

1. Écrire une lettre à son employeur demandant :

a) pourquoi l'employeur a l'intention de violer la confidentialité des informations médicales privées des employés en exigeant la divulgation du statut vaccinal et quelle est la base juridique spécifique pour le faire ;
b) si l'employeur assume la responsabilité de tout effet indésirable que les employés pourraient recevoir du fait d'avoir été contraints par leur employeur de se faire vacciner ;
c) si l'employeur a envisagé et intégré dans sa politique une reconnaissance des personnes qui ont reçu une immunité naturelle via une précédente infection Covid et d'autres données médicales et scientifiques pertinentes ; et
d) si l'employeur a envisagé des exigences moins contraignantes pour atteindre l'objectif de sécurité des employés.

2. Exhorter le syndicat des employés (s'il est syndiqué) à défendre la vie privée des employés et leur droit de prendre des décisions médicales personnelles sans coercition de la part de leur employeur ; s'ils ne sont pas syndiqués, s'organiser avec d'autres employés pour faire pression sur l'employeur afin qu'il réponde aux demandes des employés ou faire face à des mesures professionnelles négatives.

3. Demander une dispense ou un accommodement sur la base d'une condition médicale personnelle qui pourrait être affectée négativement par un vaccin Covid (l'avis d'un médecin justificatif sera probablement nécessaire pour justifier une dispense médicale de l'obligation de prendre un vaccin Covid).

4. Demander une exemption ou un accommodement sur la base de croyances religieuses sincères spécifiques qui seraient violées de manière non négligeable par l'obligation de se faire vacciner contre le Covid.

5. Envisager de déposer une plainte en matière de droits de la personne si une condition médicale établie ou une croyance religieuse empêchant de recevoir un vaccin Covid n'est pas prise en compte par l'employeur.

6. Examinez votre contrat de travail - éventuellement avec les services d'un avocat spécialisé en droit du travail - pour déterminer si l'employeur viole le contrat en exigeant un vaccin de quelque nature que ce soit.

7. Obtenir des conseils juridiques et une représentation pour intenter une action en justice contre l'employeur.


L'obligation d'être testé viole-t-elle la Loi sur la non-discrimination génétique et les citoyens canadiens pourraient-ils l'utiliser comme protection contre la discrimination de la part des employeurs, de la santé publique, d'ArriveCan, etc.?

Les Loi sur la non-discrimination génétique interdit d'exiger des personnes qu'elles subissent un «test génétique» comme condition pour recevoir des biens ou des services ou pour conclure ou poursuivre des accords contractuels.

Un test génétique est défini comme « un test qui analyse l'ADN, l'ARN ou les chromosomes à des fins telles que la prédiction des risques de maladie ou de transmission verticale, ou la surveillance, le diagnostic ou le pronostic ».

Certains experts médicaux ont indiqué qu'à leur avis un test PCR pourrait en fait être considéré comme un "test génétique". Le virus SARS-CoV-2 contient de l'ARN. Cela soulève la possibilité que le Loi sur la non-discrimination génétique pourrait être invoquée comme moyen de défense à une exigence de test PCR par un employeur ou un fournisseur de services sous réglementation fédérale. Il est peu probable que l'Agence des services frontaliers du Canada soit considérée comme offrant un « service » aux voyageurs, de sorte qu'une contestation de ses exigences en matière de tests PCR devrait éliminer cet obstacle supplémentaire.

Le succès d'une contestation d'une exigence de test PCR sur la base de la Loi sur la non-discrimination génétique dépendrait de la réunion de preuves médicales et scientifiques d'experts suffisantes pour convaincre un juge que le test PCR est en fait un "test génétique".


Comment le gouvernement peut-il imposer un vaccin encore en cours d'essais sur l'homme, qui fait l'objet d'une autorisation d'urgence, qui n'est pas approuvé et dont les effets secondaires à long terme sont inconnus ?

La position du Centre de justice, fondée sur la Charte canadienne des droits et libertés, est que les Canadiens ont le droit de faire leurs propres choix médicaux. Les Canadiens ne devraient pas être soumis à des exigences gouvernementales les obligeant ou les contraignant à recevoir des traitements ou des tests médicaux.

Le fait que le gouvernement oblige et contraigne les Canadiens à recevoir des vaccins particuliers avec des effets secondaires inconnus rend sa violation des droits des Canadiens plus flagrante.


Qu'allez-vous faire des vaccins obligatoires ?

Le Centre de justice s'est engagé à défendre les libertés constitutionnelles des Canadiens par le biais de litiges. Les exigences gouvernementales en matière de vaccination constituent une violation horrible du droit des Canadiens à contrôler leur propre corps et le Justice Center luttera vigoureusement contre ces exigences.

Nous évaluons de nombreuses exigences en matière de vaccins et sélectionnons les cas potentiels que nous considérons comme ayant le meilleur potentiel pour établir des précédents juridiques pour défendre la liberté des Canadiens.

Nous allons déjà de l'avant avec une telle affaire contre le Seneca College en Ontario pour son exigence de vaccination obligatoire pour les étudiants, et nous présenterons d'autres contestations judiciaires.


Que doivent faire les employés si leur syndicat ne défend pas leurs intérêts ou ne les représente pas s'ils subissent des conséquences négatives sur leur emploi pour non-respect des exigences de vaccination obligatoire ?

Les employés syndiqués devraient constamment faire pression sur leurs syndicats pour qu'ils défendent le droit des employés de prendre leurs propres décisions médicales éclairées, sans coercition ou contrainte de la part de l'employeur. Les employés devraient chercher à exhorter leurs syndicats à contester les restrictions et les exigences de vaccination trop larges, et insister pour que ces exigences soient soumises à un examen scientifique par les commissions des relations de travail.

Les syndicats ont le devoir d'assurer une représentation équitable de chaque membre du syndicat. Si un syndicat prend une décision injuste en ne représentant pas un employé qui se plaint d'une mesure d'emploi défavorable imposée à l'employé, cela peut constituer une base pour poursuivre le syndicat pour manquement à son devoir, en particulier s'il existe des preuves que la décision a été prise de mauvaise foi. , ou de manière arbitraire ou discriminatoire.


Enfants dans le sport

Si vous êtes parent d'un enfant pratiquant un sport qui est obligé d'avoir un Test/injection SARS-CoV-2 (Covid) Pour jouer dans l'équipe, nous vous recommandons d'agir avec d'autres parents pour vous opposer à la politique et de déposer des plaintes individuelles en matière de droits de la personne auprès de la Commission des droits de la personne de votre province. La plupart des équipes sportives sont des organisations privées et non gouvernementales, et en tant que telles, le Centre de justice ne peut pas aider à ces actions. Le Centre de justice n'agit que contre les gouvernements.

Le Centre de justice ne s'engage pas dans des recours collectifs. Pour le moment, nous ne cherchons pas à signer des affidavits concernant les mandats de vaccination pour les jeunes des organisations sportives, comme cela a été suggéré sur les réseaux sociaux.

En intentant une poursuite contre le passeport vaccinal de l'Ontario, nous pourrions avoir un impact sur ces situations dans cette province, puisque ces politiques sont mises en œuvre en réponse à la exigence du gouvernement pour preuve de vaccination pour les « installations de loisirs » ; cependant, nous n'avons pas d'action de groupe spécifique pour les parents de jeunes et d'enfants athlètes pour le moment.


Télécharger un pdf du FAQ sur le vaccin Covid obligatoire à partager ou à sauvegarder.