Un chirurgien de la Saskatchewan poursuit la Health Authority et le College of Medicine après avoir été licencié et diffamé pour avoir remis en question les vaccins covid pour les enfants

SASKATCHEWAN : Le Justice Center a annoncé aujourd'hui qu'un Déclaration de réclamation a été déposée au nom du Dr Francis Christian, ancien professeur clinicien de chirurgie générale à l'Université de la Saskatchewan (U de S) et chirurgien maintenant à la retraite à Saskatoon. Il y a un an, le Centre de justice rapporté que le Dr Christian a été convoqué à une réunion où il a été suspendu de toutes ses responsabilités d'enseignement et licencié de son poste à l'U de S à compter de septembre 2021. Le Dr Christian avait plaidé pour le principe de précaution du consentement éclairé et a attiré l'attention sur les risques des vaccins Covid pour les enfants. Le même jour, le Dr Christian a également été congédié de son poste de chirurgien à la Saskatchewan Health Authority (SHA). UN enregistrement de la réunion a déjà été mis à disposition par le Centre de justice.

Le Dr Christian conteste sa suspension et son licenciement, affirmant que le Collège de médecine de l'Université de la Saskatchewan (le Collège) et la SHA ont violé ses droits d'expression et de conscience protégés par la Notre Charte, et que le Collège a également violé son droit à la liberté académique.

Le Dr Christian est chirurgien depuis plus de 20 ans et a commencé à travailler à Saskatoon en 2007. Il a été nommé directeur du programme des humanités chirurgicales et directeur de la qualité et de la sécurité des patients en 2018. Il a cofondé le programme des humanités chirurgicales, avec un responsabilité professionnelle pour la sécurité des patients. Le Dr Christian a également été rédacteur en chef du Journal des humanités chirurgicales.

Le 17 juin 2021, le Dr Christian a publié une déclaration à la presse et à plus de 200 médecins, qui contenait ses inquiétudes concernant l'administration de vaccins Covid aux enfants. Il y notait qu'il était pro-vaccin et qu'il ne représentait aucun groupe, la SHA ou l'U de S. "Je vous parle directement en tant que médecin, chirurgien et être humain", a-t-il déclaré. . Le Dr Christian a souligné que le principe du consentement éclairé était sacro-saint et a noté qu'un patient devrait toujours être "pleinement conscient des risques de l'intervention médicale, des avantages de l'intervention et s'il existe des alternatives à l'intervention".

"Cela devrait s'appliquer en particulier à un nouveau vaccin qui n'a jamais été essayé auparavant chez l'homme... avant que le vaccin ne soit déployé chez les enfants, les enfants et les parents doivent connaître les risques des vaccins à ARNm", a déclaré le Dr Christian. Il a en outre exprimé sa préoccupation de ne pas avoir rencontré "un seul enfant ou parent vacciné qui aurait, selon lui, été suffisamment informé" sur les vaccins Covid pour les enfants.

Le Dr Christian a ajouté qu'il existe un vaste "réseau croissant de médecins et de scientifiques éthiques et moraux" qui appellent à la prudence dans la recommandation de vaccins pour tous les enfants sans consentement éclairé. Il a dit que les médecins doivent "toujours donner la priorité à leurs patients et à l'humanité".

Le procès allègue que menant à la suspension et à la résiliation du Dr Christian, il a été publiquement diffamé par la SHA, par son (alors) président et chef de la direction, Scott Livingstone, et par le doyen de la faculté de médecine, le Dr Preston Smith. Cette diffamation publique a contribué à la retraite anticipée du Dr Christian en 2022. Le Dr Christian a également déposé une plainte en diffamation distincte contre la SHA, M. Livingstone et Dean Smith, avec laquelle le Justice Center n'a aucune implication.

« La Saskatchewan Health Authority et le Collège ont enfreint les directives du Dr Christian Notre Charte- les libertés d'expression et de conscience protégées. La conduite du Collège est une violation flagrante des principes de la liberté académique et de la recherche scientifique », déclare André Memauri, l'un des avocats représentant le Dr Christian. "Les déclarations diffamatoires faites par certains des accusés contre le Dr Christian ajoutent l'insulte à l'injure, et le Dr Christian poursuivra la justice en conséquence", ajoute M. Memauri.

« La censure de professionnels de la santé estimés au Canada pendant la pandémie de Covid est profondément troublante. Les Canadiens devraient pouvoir bénéficier de discours, d'enquêtes et de débats scientifiques, et entendre les opinions divergentes de médecins et de scientifiques très respectés », déclare Allison Pejovic, avocate du Centre de justice et co-avocate du Dr Christian.

« Les préoccupations légitimes découlant de la recherche scientifique doivent être discutées et débattues ; au lieu de cela, ils ont souvent été supprimés et mis en sourdine, ce qui est à la fois non scientifique et antidémocratique.