La série Netflix "Comment devenir un tyran" donne des leçons aux Canadiens

John Carpay, Le post millénaire

La mini-série Comment devenir un tyran fournit des informations historiques détaillées sur le livre de jeu utilisé par les célèbres meurtriers de masse Staline, Mao, Hitler et Pol Pot, et par les dictateurs Idi Amin, Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, Fidel Castro et les monarques communistes héréditaires de Corée du Nord Kim Il-sung, Kim Jong -il et Kim Jong-un. À l'aide d'images d'archives, de photographies et de scènes animées, Comment devenir un tyran expose le livre de jeu qui conseille aux tyrans de prendre le pouvoir, d'écraser leurs rivaux, de régner par la terreur, de contrôler la vérité, de réécrire l'histoire, de remplacer les faits par de la propagande, de corrompre la science, de choisir un bouc émissaire, d'acheter la loyauté, de promouvoir la conformité (en persuadant les gens que la conformité est l'unité ), et remplacer Dieu par une nouvelle religion d'État.

Le tyran doit être sa propre loi, de sorte qu'il devienne effectivement l'État. Il doit alors censurer ce qu'il (l'État) juge "offensant". Le tyran doit détruire ou au moins diminuer les liens humains entre les gens, et saper la confiance que les gens ont habituellement les uns envers les autres ; quand les gens se méfient les uns des autres, ils sont beaucoup plus obéissants à l'État.

Alors que nous entrons dans la troisième année de notre perte de Notre Charte droits et libertés, initialement justifiés en mars 2020 par « deux semaines pour aplatir la courbe », je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que certaines des leçons du manuel du tyran ont été appliquées au Canada.

Non pas que le premier ministre Trudeau ait réussi à anéantir toute opposition publique à son gouvernement, comme l'a fait Fidel Castro à Cuba après avoir pris le pouvoir en 1959. Non que les Canadiens aient autant peur de communiquer franchement entre eux que les Irakiens l'étaient de 1979 à 2003. lorsqu'il était dirigé par Saddam Hussein, dont la police secrète avait des yeux et des oreilles partout. Non pas que nous, au Canada, craignions l'emprisonnement, la torture ou la mort à peu près au même degré que le peuple de la Corée du Nord communiste depuis 1948.

Ce n'est pas que les Canadiens dont les comptes bancaires ont été récemment gelés aient été soumis au niveau et à l'intensité de la terreur qui régnait en Union soviétique sous Joseph Staline, dont le régime a assassiné un estimation 20 millions Les citoyens soviétiques considérés comme «ennemis du peuple.

« Non pas que les médias financés par le gouvernement canadien soient encore contrôlés au même degré que les médias allemands des années 1930 étaient tenus de se conformer à l'idéologie national-socialiste.

Non pas que les Canadiens non vaccinés risquent d'être expulsés de leur propre pays, comme les Asiatiques ont été expulsés d'Ouganda en 1972 par Idi Amin. Non pas que Dieu ait été remplacé par une nouvelle religion d'État canadienne dans la même mesure que la religion a été supprimée et persécutée par Mao Zedong et ses successeurs dans la Chine communiste. Non pas que notre Premier ministre soit devenu une loi en soi dans la même mesure que Mouammar Kadhafi l'était lorsqu'il a gouverné la Libye de 1969 à 2011.

Le Canada en 2022 ne ressemble de près à aucun de ces exemples historiques. Nous avons eu des élections il y a seulement six mois, que la plupart des Canadiens ont jugées libres et justes, ce qui a donné lieu à la représentation de cinq partis différents à la Chambre des communes aujourd'hui. Alors que les médias qui critiquent le gouvernement ne reçoivent aucun financement des contribuables, ils sont libres de proclamer leurs messages dissidents. Seuls quatre pasteurs, trois en Alberta et un en Nouveau-Brunswick, ont été emprisonnés au Canada pour avoir pacifiquement refusé de se conformer aux lois portant atteinte à la liberté, un petit nombre par rapport au nombre de pasteurs qui ont été emprisonnés (ou pire) par d'autres régimes, passés et présents.

La récente brutalité policière dirigée contre des manifestants pacifiques à Ottawa n'a fait que des blessés, pas des morts. La plupart des comptes bancaires canadiens qui ont été gelés en février sans aucune surveillance judiciaire ou autre restriction sur le pouvoir fédéral brut ont maintenant été dégelés. La prisonnière politique canadienne Tamara Lich est légalement interdite de soutenir pacifiquement le Freedom Convoy auquel elle a participé, et Mme Lich est même interdite de soutenir tout ce qui concerne cet appel pacifique au retour de nos Notre Charte libertés, mais au moins elle est vivante et sortie de prison.

La plupart des Canadiens se portent encore assez bien par rapport aux personnes vivant sous Staline, Mao, Hitler, Idi Amin, Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, Fidel Castro et Kim Jong-un, alors pourquoi s'inquiéter ?

Parce qu'aucune démocratie n'est à l'abri de devenir une dictature brutale. Les Chiliens avaient bénéficié de plusieurs décennies de démocratie stable lorsque le général Augusto Pinochet a pris le pouvoir en 1973. Les Allemands avaient la liberté d'expression, de religion, d'association et de réunion, ainsi que le droit de former et de voter pour différents partis politiques, jusqu'à ce qu'ils élisent Hitler au pouvoir en 1933. .

Le Canada en 2022 affiche des signes inquiétants de répudiation de la primauté du droit, la garantie constitutionnelle qui protège les Canadiens contre l'abus du pouvoir politique.

Le premier ministre et les premiers ministres provinciaux ont publiquement vilipendé et pris pour boucs émissaires les Canadiens qui exercent légitimement un contrôle sur leur propre corps et refusent les nouveaux vaccins à ARNm Covid (qui n'ont pas arrêté la propagation du virus, contrairement aux promesses faites). Sans utiliser les mots « ennemis du peuple », les politiciens empêchent maintenant une minorité de Canadiens de prendre l'avion, sans justification scientifique de cette discrimination vicieuse. Les gouvernements provinciaux ont utilisé des passeports vaccinaux pour transformer certains Canadiens – ceux qui prennent une décision médicale personnelle sur ce qui sera injecté dans leur propre corps – en citoyens de seconde classe qui ne pourraient plus accéder aux restaurants, aux cinémas, aux gymnases, aux piscines et aux sports d'équipe .

Les collèges de médecins et de chirurgiens corrompent la science en censurant de manière agressive les médecins qui ont osé remettre en question le récit du gouvernement concernant les traitements Covid, les verrouillages et les nouveaux vaccins ARNm Covid. Interpellé par une manifestation pacifique qui a incommodé certains résidents d'Ottawa, le premier ministre Trudeau a déclaré l'urgence nationale, gelé les comptes bancaires de centaines de Canadiens qui avaient fait un don à une cause détestée par le premier ministre et déclenché la brutalité policière contre des citoyens non armés à Ottawa.

La de facto nationalisation de la plupart des médias ; la diffamation d'une minorité impopulaire ; citoyens maltraités par une fausse urgence ; le gel des comptes bancaires ; l'emprisonnement des dissidents politiques. L'État qui commence à abuser de ses citoyens y prend goût. Les politiciens du Canada sont susceptibles d'escalader cela à des niveaux plus élevés.